Ange Leccia – Logical Song


Le film de Gilles Coudert propose une analyse du travail d’Ange Leccia en croisant l’exploration de son exposition « Logical Song » (2013) au MAC/VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne et sa mise en perspective à travers une série d’entretiens. Composée d’une succession de vidéos monumentales, l’exposition offre une relecture autobiographique et poétique de son œuvre, en créant un dialogue entre ses films, des plus anciens aux plus récents. Le spectateur est invité à parcourir le dispositif et à s’imprégner de cet environnement visuel et sonore pour inventer son propre récit. Ange Leccia nous livre son parcours et nous parle de sa démarche aux côtés d’Alexia Fabre, conservatrice en chef du MAC/VAL, Nicole Brenez, théoricienne du cinéma, et Fabien Danesi, critique d’art, qui commentent son œuvre et la situent dans l’histoire de l’art et du cinéma.

Ange Leccia – Logical Song
Un film de Gilles Coudert
Produit par Gilles Coudert et Antonie Bergmeier
Durée : 24 minutes / © 2014 a.p.r.e.s production / MAC/VAL

AVEC 3 FILMS DE ANGE LECCIA :

Seven Islands, 2013, 19 min.
Le titre renvoie d’abord aux îles de la mer de Seto où ce film a été tourné, mais aussi à sa structure. « Île » pourrait signifier une étape scénaristique : chaque séquence est construite comme un monde autonome à partir d’une géographie, d’une temporalité, d’un état mental, telle une île cinématographique. À l’image des précédentes réalisations d’Ange Leccia, notamment Île de Beauté (1996), ce film est une dérive poétique et onirique au fil de paysages maritimes.
© 2013 Ange Leccia / Fukutake Foundation

Traversée, 2012, 20 min.
Ce film met en scène de multiples trajets entre Marseille et un ailleurs méditerranéen qui virent à la dérive. Ces voyages se referment sur eux-mêmes pour former une boucle continue. Le récit se délite dans cet éternel retour. Traversée est avant tout un lieu mouvant, un entre-deux, une métaphore poétique de la situation politique entre la France et les pays du Maghreb. C’est un espace de contemplation et de tension, un voyage sans fin, une invitation.
© 2012 Ange Leccia / Marseille-Provence 2013

Le début des choses, 2012, 11 min.
Inspiré par l’architecture monumentale du Palais de Tokyo, le film d’Ange Leccia en démultiplie les effets lumineux en jouant avec la surface réfléchissante d’un immense miroir : l’artiste Michelangelo Pistoletto est au cœur de ce dispositif d’ombres et de diffractions, scandé par les apparitions d’une jeune femme et des images d’archives du Palais de Tokyo de 1930 à nos jours.



< Retour à la librairie

Dans les salles cette semaine.

, , ,
Du 08 au 20 février
de Julien Bisaro - 2020
À partir de 3 ans
, , ,
lundi 17 février à 19h00
Ce soir
de Vittorio De Sica - 1951
, , ,
jeudi 20 février à 10h00
de Julien Bisaro - 2020
À partir de 3 ans
, , ,
Du 21 au 23 février
de Laurent Heynemann - 2020
, ,
Du 21 au 23 février
de Bani Khoshnoudi - 2020
, , ,
Du 22 au 23 février
de Carlo Mirabella-Davis - 2020
, , ,
Du 22 au 23 février
de Jacques-Rémy Girerd - 2001
à partir de 7 ans
, , ,
dimanche 23 février à 15h00
de Jacques-Rémy Girerd - 2001
à partir de 7 ans