Lignes de fuite
Un projet de cartographie itinérante des camps

image de l'oeuvre Lignes de fuite de  Rajwa Tohmé Rajwa Tohmé

De Rajwa Tohmé installation 2016

Je voulais retourner à Beyrouth.
J’ai été au camp de Calais.
Je suis restée.
J’avais le vague sentiment de chercher quelque chose ou quelqu’un que j’avais perdu.</>

Babel des temps modernes.
A Calais on parle toutes les langues.
A Calais tout le monde a un même but : passer à l’autre rive,
« tracer » vers l’Angleterre.</>

J’ai trouvé un lieu dépouillé de tout mais bouillonnant de vie,
tourmenté, mouvant, en continuelle transformation.
Une non-ville tracée et retracée tous les jours par les parcours
de ses habitants passagers.</>

Les camps de réfugiés n’existent pas sur la carte du monde.
J’ai décidé de les tracer, de les dessiner.
Laisser des traces du temporaire, figer l’éphémère.
Enregistrer leurs parcours, cartographier leurs « lignes d’erre ». </>

Je suis rentrée à Beyrouth. J’ai erré. Dans d’autres camps.
Pris d’autres routes. Jusqu’en Syrie. Les parcours sont devenus miens. Les histoires aussi.
Puis le camp de Calais a été détruit, à moitié.
Retour. Le lieu que j’avais connu avait disparu, mais les gens et
leurs histoires étaient restés là.
Moi aussi j’y ai vécu.
Chercher à comprendre, toujours. Un réseau s’est tissé. Tout était connecté. Mon histoire. Leurs histoires. Mes parcours. Et les leurs. </>

« Nous ne sommes rien. C'est ce que nous herchons qui est tout » Hölderlin, Hypérion ou l'Hermite en Grèce, 1797-1799

Ce projet présenté sous forme d’installation interactive a été conçu comme une plateforme en ligne qui accueillera progressivement de nouveaux parcours et de nouvelles données en relation avec les camps.

www.vanishinglines.org

Images de l'oeuvre
Processus de création
Partenaires
  • Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing

Oeuvres de Rajwa Tohmé produites par Le Fresnoy :

Retour à la liste des productions

20-a

20-b