Ligne de fuite

image de l'oeuvre Ligne de fuite de  Gilles Ribero Gilles Ribero

De Gilles Ribero film 2015, 8min

Des corps qui chutent. Un téléphone dans le sable. Un homme qui court, qui tombe dessus, et disparait. Une ode à l’inertie. Une recherche de la ligne simple, fil suspendu entre deux mondes. Le point de départ du film est un portable trouvé sur le littoral et de la vidéo qu’il s’est révélé contenir. Il est né d’un désir d’excéder une scène de chute, de la voir prendre vie dans un autre contexte (celui de sa découverte), avec un autre vocabulaire, et d’emmener le grotesque qui l’imprègne sur cet autre terrain, à connotations romantiques.

Il y est question d’écran, ce petit écran des téléphones dits intelligents, qui reconfigure notre rapport au monde. Celui par lequel les attentions et les corps s’absorbent, désinvestissent l’ici maintenant, connaissent l’ivresse d’un changement d’être par l’intégration d’un corps plus large, en même temps qu’ils y résistent par la lutte, en un réflexe protecteur.

Il y est question d’hybride. Le film emprunte au cinéma son langage spécifique de plans, montage, rythmes et coupures, ainsi que son support (35mm), tout en s’adonnant à l’expérimentation de la vidéo (durée prolongée, travail des matières et textures, couleurs baveuses, changement de cadre).

L’image nait de cette perméabilité des supports, avec les altérations de perception qui l’accompagnent, tout en développant le legs initial : cette chute grasse où l’inertie du corps rend le mouvement inexorable.

Remerciements Thanks

Un grand merci à mes collègues du Fresnoy, François Bonenfant, Manon de Boer, Laurent Delplanque, Daniel Dobbels et Madeleine Van Doren, et aux équipes des pôles de production pour leur soutien au projet.

Teaser
Images de l'oeuvre

Oeuvres de Gilles Ribero produites par Le Fresnoy :

Retour à la liste des productions

20-a

20-b