Conférence Teresa Castro

LUN. 27 NOV. 2023 — 16H > 18H
Conférence organisée dans le cadre du programme pédagogique, ouverte au public, sur la thématique « Mauvaises herbes ». Teresa Castro est maîtresse de conférence en études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle.

Si les plantes, et en particulier les herbes, ont souvent été reléguées dans les marges du film, elles constituent des compagnes exceptionnelles pour (re)penser le cinéma et ses histoires, en particulier dans le moment de rupture écologique qui est le nôtre. Dans cette présentation, je souhaite penser le cinéma avec les plus humbles d’entre elles : les plantes rudérales, des espèces adaptées aux milieux anthropisés, c’est-à-dire des habitats fortement perturbés par l’action ou par la présence humaine : caniveaux, trottoirs, pieds d’arbres saturés d’urine, friches, bords de routes, terrains érodés, etc. Elles poussent dans les endroits les plus improbables : dans les brèches d’un mur, entre les graviers des voies ferrées, au milieu d’une décharge industrielle.

Penser avec les rudérales n’est pas une mince affaire. Entre autres, cela suppose de prendre au sérieux la politisation du vivant à laquelle la pensée écologique nous exhorte depuis plusieurs décennies déjà. Déplacer ce questionnement du côté des images en mouvement est, par ailleurs, un moyen d’explorer des récits alternatifs, moins anthropocentrés et faisant fi du partage nature-culture que ces plantes « de rien du tout » mettent profondément à mal. Quelques exercices cinématographiques relevant d’une « esthétique rudérale articulant régime de l’égard et régime du regard nous invitent à explorer des écologies affectives et des modes d’implication et d’attention singuliers.


Biographie


Teresa Castro est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches récentes concernent les approches féministes du documentaire, les histoires environnementales de la photographie et du cinéma et les formes de vie végétales dans la culture visuelle. Dans ce cadre, elle a notamment publié The Mediated Plant (E-flux, 2019) et coédité avec Perig Pitrou et Marie Rebecchi l’ouvrage collectif Puissance du végétal et cinéma animiste. La vitalité révélée par la technique (Dijon, Presses du réel, 2020). Elle développe par ailleurs un travail de programmation et d’écriture.