Mohamed Bourouissa au Palais de Tokyo

Exposition Signal jusqu’au 30 juin 2024 !
Après le LaM avec l’exposition Attracteur étrange, le Palais de Tokyo (Paris) met à l’honneur Mohamed Bourouissa, artiste diplômé du Fresnoy – Studio national en 2010.


Enfermement des corps et des pensées, représentation des identités, détermination et contrôle des langages, soin par les plantes, la musique et la couleur, économies parallèles, aliénation et résistance… A partir d’expériences intimes, l’œuvre de Mohamed Bourouissa dresse des récits collectifs puisés aux racines de l’amertume (seum, en arabe).

Cette première rétrospective dans une institution nationale est l’occasion de déplier le travail de l’artiste, de ses productions les plus récentes à ses débuts, incluant des créations d’artistes ami.es, comme autant de sursauts dans le temps, sans se soucier d’être exhaustif ou chronologique. Comme la terre lui est étroite, l’exposition réunit plusieurs géographies, de Blida (Algérie), ville natale de l’artiste, où le psychiatre et écrivain Frantz Fanon a développé une analyse de l’aliénation mentale au cœur des dominations coloniales, à Gennevilliers, où l’artiste vit et est très actif localement, en passant par Fletcher Street (Philadelphie) et sa communauté de cow-boys noirs jusqu’au ciel de Gaza.

Animé par une logique du disparate, Mohamed Bourouissa étire les langages, les références intimes et collectives, les formes et les esthétiques, pour provoquer des écarts, des renversements, des tensions, créant un tiers-espace, entre jardin hanté et organisme vivant, dicté par le trouble. L’exposition est pensée comme une partition de sons, de dessins, de photographies, de films, de sculptures, d’aquarelles, de plantes, de musiques expérimentales et d’énergies collectives. Du cri au silence en passant par le murmure des fantômes du colonialisme, elle nous confronte à une certaine fréquence atmosphérique du sensible, toujours en alerte. Une tentative d’échapper à ce qui nous intoxique.


Artistes invité·exs
Christelle Oyiri, Ibrahim Meïté Sikely, Neïla Czermak Ichti, Abdelmajid Mehdi, Collectif Hawaf, LILA

Commissaire
Hugo Vitrani

Assistante d’exposition
Alice Rochepeau

© Mohamed Bourouissa, Sans Titre, 2023-2023, Courtesy Mennour Paris / ADAGP, Paris, 2023


Et aussi

Jeune public

Vacances de Printemps 2024

Mohamed Bourouissa au Palais de Tokyo ATELIER
Empreinte du jardin

MAR. 30 AVR. 14H30 > 16H30
Atelier enfants/parents à partir de 5 ans

Avec l’artiste Hideyuki Ishibashi, venez observer la végétation du jardin du Fresnoy – Studio national.
Comment conserver une trace du Printemps ?
Hideyuki vous fera découvrir le

Recherche

Journées francophones de la recherche en histoire de la photographie

Cette troisième édition, qui se tient le 11 avril 2024 au Fresnoy — Studio national (Tourcoing), et le 12 avril 2024 à La Cambre (Bruxelles), s’ouvre à la diversité historique et contemporaine des usages de la photographie dans le cadre de diverses pratiques d’apprentissage

Recherche

Appel à candidatures AIRLab 2024-2025

L’Université de Lille, avec le soutien de la région Hauts-de-France et en partenariat avec le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, lance un nouvel appel à candidatures pour la résidence AIRLab (Artiste en immersion recherche dans un laboratoire) pour l’année 2024-2025.
Date limite : 5 mai 2024