Ghyzlène Boukaïla

#31#

- Film - 2021

présenté dans le cadre de l'exposition Panorama 23

Film


Au large d’un monde en reconstruction, d’un monde fissuré par les foudres et par des frontières illusoires, des larmes sanglantes nous parviennent de sources cryptées. Ces murmures sonnent comme des alertes. Une nouvelle sous forme de code parvient à s’énoncer. Cheikh Morad Djadja doit se rendre à ce taxiphone pour y laisser son propre message vocal, masqué.

#31# est une approche expérimentale autour d’une reconstruction identitaire latente, sous forme de quête, ainsi que l’exploration d’une culture populaire et libertaire nord-africaine, le RAÏ. Les proses auto-tunées (voice coder) de Cheikh Morad Djadja nous mènent vers une quête existentielle, dans un monde en perpétuelle mutation, à la recherche d’un lieu de télécommunication anonyme. Le taxiphone sera ce premier pas vers une réalité abstraite, lui permettant de laisser un message vocal, sur sa trans-identité.

Ghyzlène Boukaïla


Ghyzlène Boukaïla est une artiste et réalisatrice multimédia, née en 1993 à Alger. Elle vit et travaille entre Alger et Lille. 
Sa démarche artistique et sa sensibilité se cristallisent au sein d’une famille de révolutionnaires algériens. Explorant certaines problématiques liées au post-colonialisme, sa démarche explore de nouveaux récits liés aux (ré)évolutions socio-politiques et numériques en situant sa pratique à l’interface du documentaire/performance et de récits numériques en explorant plus récemment des questions liées au post-humanisme. 

 

Remerciements


Alpha Tango studio, toute l’équipe DZ (algérienne) pour la réalisation. Lyna Benaïssa, Saliha Cherif Benaïssa, Tarik Benaïssa, Samy Boukaïla. Dora Garcìa.

Crédits


Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing — Alpha Tango Studio