Torsten Bruch

Come close space

- Installation - 2006

présentée dans le cadre de l'exposition Panorama 7

Installation


En préparant cette oeuvre, j'ai pensé à un monologue intérieur.
Je voulais un soliloque parce que mes oeuvres ont toujours une relation avec des questions psychologiques et je cherche toujours à mieux comprendre ce qui me pose question. J'ai imaginé un style similaire à celui de Playhouse, un film où Buster Keaton joue presque tous les rôles lui-même.
J'ai donc fait un film court dans lequel je tiens cinq rôles. Ce n'était plus une conversation mentale, mais plutôt une série de jumeaux ou de quadruplés. Que ça soit sur la conscience n'était pas prévu. J'ai réfléchi à des notions psychologiques. Le je est autre chose. Pour ma part, j'ai toujours considéré mes oeuvres comme des autoportraits. Mon visage n'y apparaît pas nécessairement, mais elles ressemblent toutes à certains points de ma biographie mentale. J'ai besoin d'un rapport d'importance personnelle ou alors je ne peux pas décider ce qui est important pour moi. Je doute des images. La vraie vie est plus importante, mais de temps à autre, l'art est une meilleure vie. Les images ne ressemblent pas à des aspects physiques mais sont bien plutôt des idées. Et nous avons besoin d'idées et de sens pour continuer nos vies. Sans sens, nous nous enfonçons dans l'obscurité et la peur. Nous avons donc donné un nom à tout ce qui nous entoure.
Nous avons besoin de rapports sociaux pour nous maintenir.
Dans le livre de William Gibson, Idoru, le chanteur, d'un groupe connu, entretien un rapport avec une image artificielle dans l'espace réel. Il transgresse la ligne de l'artifice. Dans mon installation vidéo, les deux personnages sont divisés par la deuxième dimension de l'image, la limite fragile entre l'intérieur de l'idée et l'extérieur de l'image, le doute visuel.

Torsten Bruch


Né en 1973, à Hanovre (Allemagne) Ecole Hochschule für Bildende Künste Braunschweig Vit et travaille à Hambourg 2004 : "Auto-Single", Frise - Künstlerhaus Hamburg e.V. 2006 : "Come Close Space", Panorama 7, Le Fresnoy, Tourcoing "Auto Chronographe", Festival Pocket Films, Centre Pompidou, Paris , DVD, 4'23, "Stadtnotizen 1 – Die bitteren Tränen der Großen Bergstraße" Metteur en scène et texte : Frank Abt, Scénographie vidéo : Torsten P Bruch Nachtasyl de Thalia [Theater Hamburg]

Remerciements


Je remercie mes parents Marlis et Walter Bruch. Chantal Akerman, Andrea S. Labarthe, François Rouan, Madeleine van Dooren, Guillaume Brault, Richard Campagne, François Bedhomme. Et tout artistes lequel travail incroyable enrichi ma vie.

Crédits


Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing