Shirin Abu Shaqra

Conversations with changes

- Film - 2010

présenté dans le cadre de l'exposition Panorama 12

Film


Dans une conversation, un ami m’a parlé des “song lines”, cette croyance animiste grâce à laquelle les aborigènes d’Australie s’orientent pour traverser des étendues de territoires, des “lignes de désir” qui font qu’on arpente une ville selon nos émotions, et aussi la ”psychogéographie”, ce mouvement d’urbanistes qui a voulu concevoir les villes selon la psychologie humaine et non pas la fonction de ses bâtiments et quartiers. “Toutes les villes sont géologiques ; impossible de faire 10 mètres sans tomber sur des fantômes arborant le prestige de leurs légendes.(…) Certains angles changeants, certaines perspectives fuyantes nous permettent d’imaginer la définition originale de l’espace, mais cette vision reste fragmentaire. Il faut la chercher dans les lieux magiques des contes de fées et des écrits surréalistes.” (Formulaire pour un nouvel urbanisme, par Ivan Chtecheglov). Je suis incapable de dessiner, mais je vois. Prenons une ancienne maison près de laquelle est construit un bâtiment moderne. Entre les deux, on remarque que la nature a pris le dessus sur un mur en pierre qui lui, à son tour, laisse passer un bout de fer forgé taillé comme au XIXe siècle. La première pensée qui nous vient à l’esprit est la stratification du temps. Mais si l’on imagine que ce passage a été le lieu d’une discussion menant à un contrat qui a changé la vie de telle communauté, alors l’ambiance devient narration. Si ces bouts de narration se juxtaposaient, ils dessineraient déjà une première “song line”. Ce sont eux que j’ai voulu mettre en scène, ces bouts de vie en dehors des livres d’histoire, plus petits que l’histoire orale, loin des faits divers et en dehors de l’histoire des perdants, celle qui n’est jamais écrite. Je vois, j’imagine…» S.A.S.

Shirin Abu Shaqra


Née en 1978 au Qatar. Vit et travaille entre Paris et Beyrouth.

2009 : Un Instant Mon Glamour (34’, essais poétique), écriture, réalisation et montage, Production Le Fresnoy, Prix du meilleur film au festival Né à Beyrouth en août 2009. 2008 : Walking Distance (12’, arrêt sur images), écriture, réalisation et direction artistique, production Fuad Kurani & Shirin ‘Abali. 2007 : Baramil Sabra (26’, documentaire de création), réalisation, co-caméra, co-montage, co-mixage, production Arab Film Institut. 2007 : On war and Love (journal photographique), collaboration avec Fouad Elkoury. Exposé à la Biennale de Venise, publié la même année aux Éditions Intervalles, Paris.

Remerciements


Andrew Kötting, Georges Arbid, Jean François Peyret, Madeleine Van Doren, Daniel Dobbels et Du Fresnoy surtout Eric, Flo, Philippe, Max, Manu Debriffe et Van Der Auwera, , François, Richard et Pierroo

Crédits


Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing