Vitamorphose
Yosra Mojtahedi (IR)
Vitamorphose
Installation

Vitamorphose is a sculpture and sound installation that creates a physical relationship with the viewer. It brings together organic and mineral forms, creating an object that is both alive and inert, an abstraction of human and animal bodies, in a universe that is both poetic and ironic.

Its forms are also an allusion to Venus, goddess of love and seduction, female beauty and civilization. It brings together male fire with female water in order to create life.

Vitamorphose also talks about censorship by showing a few stones and rocks that turn into female and male sexual organs.

Vitamorphose is a robotic sculpture made from flexible materials that reacts to other living creatures: their mere presence will modify its structure. As a result, this object that seems immobile and dead sometimes shows “signs of life.” Seeing this sculpture leads you to question yourself: is it alive? But what is life? Until the 19th century “living” matter was distinguished from “inert” matter. Where is the border between the two? Are my nails and tooth enamel alive? Today, in the light of scientific knowledge, one is tempted to redefine life as that mysterious and universal tendency of material to combine and organise itself, becoming more complex. Animal and plant life are, as far as we know, the most evolved forms. What existence do the objects around us have? Are they inert and dead or do they have a life that’s different from ours?“Inanimate objects, do you have a soul?” wrote Alphonse de Lamartine (Harmonies poétiques et religieuses, 1830).

Yosra Mojtahedi
Yosra Mojtahedi Iran
Promotion André S. Labarthe

Born in Tehran in 1986, Yosra Mojtahedi obtained a master’s in visual arts then a diploma from the École des Beaux-Arts when she moved to France. She has taken part in thirty group exhibitions and three one-woman exhibitions in Iran, France, Turkey, Dubai and Italy, among other places. Her works are suffused with a surreal atmosphere, a space freed from places and times, where objects and elements are symbolic. Her works often explore femininity and nature: flowers, stones, umbilical cords and organs cower in the half-light of dusk, revealing the growth or the end of the world, the destruction or birth of space and the human body. Reflection on existence, on death and birth, on consciousness and unconsciousness, dream and reality.

Cursus

« J'ai commencé à peindre sérieusement pour trouver comment vivre dans ce monde si bizarre, ce monde que je ne pouvais ni comprendre ni expliquer... J'étais alors un peu perdue dans ma vie, et j'ai vu devant moi un espace pour me découvrir : la peinture, une recherche intérieure... ! Chaque nouvelle toile me révélait alors un peu plus à moi-même... Aujourd’hui encore, je cherche la lumière dans l’obscurité avec mes pinceaux. »
Yosra Mojtahedi est née à Téhéran. Elle commence à y peindre à l’école des beaux-arts dès l’âge de 15 ans. Après un master de peinture, elle commence à exposer dans différentes galeries d’Iran, de Turquie, à Dubaï, à Berlin, en Italie,... Elle enseigne également les arts plastiques à l’université de Téhéran avant de venir s’installer en France en 2014.
Ses peintures, souvent basées sur l’autoportrait, parlent de féminité de nature : fleurs, pierres, cordons ombilicaux, flottent dans une pénombre crépusculaire, autour de femmes muettes… Le travail du noir invite à plonger dans un monde onirique, dans lequel des regards parlent en silence d’amour perdu, de douleurs cachées, d’espoir et de regrets…
En parallèle à la peinture elle explore d’autres techniques (gravure, dessin, photographie,…) révélant des paysages organiques, sensuels, et mystiques, où l’apesanteur se défie de la gravité.
Une atmosphère féminine, sombre dans la lumière, silencieuse avec des cris, autant de contradictions et de paradoxes pour montrer la croissance ou la fin du monde, la destruction ou la naissance de l'espace....
Réflexion sur l’existence… La mort, la naissance…. La conscience, l’inconscience… Le rêve ou la réalité... !
Dans ses œuvres baigne une atmosphère surréaliste. Un espace affranchi des lieux et du temps. Les objets et les éléments y sont symboliques comme les fleurs et les prières…. mais l’être humain en est toujours le centre, car on y trouve toujours une présence féminine : pour créer la vie, dans un monde à la fois plein d'amour, de douleur et de peur, elle va faire preuve de résistance et de persévérance…
Ses travaux sont une tentative de transcrire ce monde et la situation tragique des femmes. Tentative car je pense que nos yeux nous donnent une image déformée qui voile la réalité. L'art nous permet de soulever ce voile pour y découvrir la vérité... Ainsi, elle essaie de transformer les images en poésie, comme un rêve, et de trouver une représentation fidèle à la réalité cachée derrière chaque chose.
Elle dévoile ce monde hors de l'espace et du temps, ce monde de femmes dans les regards desquelles on peut retrouver tout l'amour qui est perdu, les douleurs cachées, les espoirs et les regrets.

    Production : Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains