Penthésilée
Simon Gaillot (FR)
Penthésilée
Film -

Talking about a poem in itself, judging a poem in itself has no real, precise sense. The poem is an abstraction, writing that waits, a law that only lives in the mouths of a few people,” wrote Paul Valéry in De la diction des vers.
This cinematic adaptation of Heinrich von Kleist’s play Penthesilea (1807) was intended to be as simple as possible in order to find this law.
Joyfully shot on an island in Brittany, between two sand dunes and some cliffs, in the winter light, the film focuses in particular on that moment of raw speech borne by a face in the hope of allowing the text to breathe again.

Simon Gaillot
Simon Gaillot France
Promotion André S. Labarthe

Simon Gaillot was born in 1994, in Lorraine, and studied the art history, the film history and philosophy in Paris.

When he was twenty, he decided he would make a film based on a play outdoors every summer. In keeping with the spirit of Jean Cocteau, who saw the art of film-making above all as a craft, he works with a constant concern for economy, establishing a close relationship between text, body and landscape.

This has enabled him to create very free adaptations of the works of Julien Gracq, Robert Walser and Jean Racine.

Cursus

2016-2018 : Master de recherche à l’EHESS portant sur les traductions de Der Tod des Empedokles de Friedrich Hölderlin et son adaptation cinématographique par Jean-Marie Straub et Danièle Huillet

2017 : L’Affaire Bajazet (long-métrage auto-produit), d’après la pièce de Jean Racine, Bajazet (1641)

2016 : Cendrillon qui veillait (long-métrage auto-produit), d’après la pièce de Robert Walser, Ashenbrödel (1901), dans la traduction de Roger Lewinter

2015-2016 : 3ème année de licence en histoire de l’art, parcours Histoire du Cinéma, La Sorbonne (Paris I)

2015 : Les Grands Naufrageurs (long-métrage auto-produit), d’après la pièce de Julien Gracq, Le Roi pêcheur (1948)

Trois tableaux de Claire (court-métrage), d’après la pièce de René Char, Claire (1949)

Monologue final de Rêveuse Bourgeoisie (court-métrage), d’après le roman éponyme de Pierre Drieu La Rochelle (1937)

2013-2015 : Classe préparatoire Ciné-Sup, Lycée Guist’hau, Nantes

2012-2013 : Classe préparatoire Cinéma, Art et Audiovisuel, Lycée Henri Poincaré, Nancy

2002-2015 : Courts métrages

Mon désir de cinéma est très ancien, et à l’issue du baccalauréat, après une année de mise à niveau en cinéma et audiovisuel à Nancy, j’ai suivi la classe préparatoire aux grandes écoles de cinéma, intitulée Ciné-Sup, du Lycée Guist’hau (Nantes). N’ayant pu, ni au fond voulu, poursuivre mes études à La Fémis, j’ai préféré me consacrer, à la Sorbonne puis à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, à une approche esthétique du cinéma, tout en me dédiant par ailleurs à l’écriture de textes, et à la réalisation, chaque été, d’un long-métrage. Chaque tournage, grâce à d’heureuses rencontres, a pu être complètement auto-produit, et se déployer ainsi dans une totale liberté, bien que dans un temps très restreint. Aujourd’hui, alors que mon master prend fin, je mesure la chance que j’ai eue, et la nécessité de me confronter à de nouvelles exigences, tant d’un point de vue technique qu’esthétique, à travers de nouvelles formes plus ambitieuses. Le Fresnoy, en alliant liberté et rigueur, me permettrait cette expérience.

  • Scénario: Simon Gaillot
  • Image: Renata Arcos
  • Son: Clémentine Houget
  • Montage image: Yuna Alonzo, Simon Gaillot
  • Montage son: Juliette Petit
  • Mixage: Thibaut Macquart

Production : Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains