A.N.A.
Jonathan Paquet (FR)
A.N.A.
Film -

En quoi l’avènement du numérique modifie-t-il le visage des plateaux de cinéma ? Entre les caméramans filmant des décors remplis de petites croix et des acteurs habillés en hommes grenouilles gesticulant avec toutes ces billes blanches collées sur eux, la chorégraphie des plateaux traditionnels laisse place, à une autre bien plus étrange parfois. Dans ce contexte, comment les acteurs livrent-ils leurs émotions face à un décor vide, effacé puis remplacé par le virtuel ? Avec cette surenchère qu’offrent les possibilités de l’outil numérique, c’est au tour des acteurs d’être dématérialisés. Aujourd’hui, l’acteur vieillissant renaît, devant nos yeux ébahis, grâce aux Hommes remodelant virtuellement la figure humaine, allant jusqu’à se prendre pour Dieu lorsque l’acteur revient d’entre les morts. Lorsqu’un acteur décède pendant le tournage d’un film, est-il convenable de continuer à le faire jouer numériquement, et ce quelle que soit la nature ou le genre même du film ? Tel est le postulat de la fiction réalisée : A.N.A. (Actrice Numérique Analogique). Ce court métrage raconte le passage entre le cinéma traditionnel et le cinéma contemporain à travers le regard d’un acteur réel face à une actrice virtuelle.

Jonathan Paquet
Jonathan Paquet France
Promotion Michelangelo Antonioni

La lumière traverse, sculpte et transporte l'image.
Jonathan Paquet a appris à la capturer, pour la restituer au cœur de son travail. Issu d’une formation technique (BTS Audiovisuel), puis artistique (Beaux-arts de Tourcoing), Jonathan évoque les codes du cinéma dans le champ de l’art contemporain faisant naître des œuvres hybrides. Son parcours pluridisciplinaire le mène sur les chemins de la science, lui offrant une vision autre, et lui permettant de créer des images aux formes inédites. Ces expériences l’ont conduit naturellement à questionner l’art, la science et la technologie.

Cursus

2008 DTS Audiovisuel (EICAR PAris)
2012 Licence Journaliste Reporter d'images (EICAR Paris)
2017 DNSEP (ESA Tourcoing)

Production : Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains