Siamoise
Hai-Wen Hsu (TW)
Siamoise
Film -

Le postulat de départ est la distinction entre la conscience et le corps. La kinésiologie m’a permis de mettre en évidence le langage propre du corps, et me donne des clés pour répondre à mes interrogations.
Le corps s’inscrit dans l’espace et le temps. En tant que danseuse, j’éprouve profondément une forme de dédoublement entre la dimension du corps, et celle de la conscience, et je ressens une vie propre de ce corps, comme sujet.
A travers ce film, j’ai voulu trouver, interroger ce dédoublement, en détournant les images médicales de leur usage initial. Grâce à la kinésiologie, j’expérimente un rapport différent au corps, mettant sa propre vie en évidence.
L’expérience de cette réalisation montre de façon saisissante l’intériorité du corps comme un environnement proche de la mer. L’eau offre une vaste gamme d’expressions.
Mais la difficulté est de trouver la juste distance pour rendre compte de la vie propre d’un corps qui est mien, et aux prises avec ma conscience et « le pacte autobiographique » tel que le conçoit Philippe Lejeune¹ , c’est-à-dire basé sur la stricte vérité. Ceci d’autant que la présence de la personne apparaissant à l’écran n’est plus physique, mais projetée.

¹Philippe Lejeune - Le pacte autobiographique – Éditions du Seuil, Collection Poétique, 1975

Un grand merci à Gao Bo, au docteur François Lapeyre et l’équipe de l’Imagerie Paris Nord, Sarcelles, les Kinésiologues Delphine Gallien, Ana Delaperrière, Jean-Luc Penet, mes amis à Taiwan.

Hai-Wen Hsu
Hai-Wen Hsu Taiwan
Promotion Michelangelo Antonioni

Diplômée de l’Université Nationale des Arts de Taiwan en Danse, à Taipei, j’ai suivi la formation EX.E.R.CE au CNN de Montpellier, sous la direction de Mathilde Monnier.
Depuis 2011 j’interviens comme danseuse sur des projets associant à la danse le théâtre, les arts plastiques et visuels, avec des partenaires de différentes cultures, interrogeant la rencontre et le mélange de celles-ci.
C’est ce qui nourrit mon travail chorégraphique autour de la porosité du corps dans son environnement, en utilisant les dispositifs techniques et scéniques pour rendre compte des infimes mouvements imperceptibles par le public lors des performances.

Production : Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains