Ode
Gao Bo (CN)
Ode
Installation

Ode est une œuvre conçue dans le cadre de l’exposition « Panorama 20 ». Cette œuvre comprend la figuration de cinq gongs conçus par l’artiste, fabriqués en Chine, selon les méthodes anciennes, dans une fonderie de bronze située dans un village de la province de Hubei. Sur chaque face des cinq gongs, l’artiste a gravé une calligraphie spontanée, reprenant un langage récurrent dans toute son œuvre. Sur l’autre face est gravée une spirale. Chaque gong est accompagné d’un maillet constitué d’un caillou ficelé par une corde de lin. Celui-ci est mis en mouvement par le déplacement des visiteurs, capté par un système d’infrarouges. Chaque détecteur actionne alors, par un système électro-mécanique, le mouvement du maillet. Ainsi le visiteur devient-il le compositeur d’une mélodie commune. Une ampoule est placée au centre de l’ensemble des gongs. L’œuvre comprend également l’installation d’un vaste écran diffusant une vidéo d’une performance captée dans la forêt domaniale de Mormal située dans les Hauts-de-France.

L’œuvre Ode fait référence au plus ancien recueil de poésie chinoise « Ode », publié au cours d’une période située entre le XI e et le Ve siècle avant Jésus-Christ. Ce recueil était constitué de trois parties distinctes : coutume, élégance, ode.

Ma plus vive reconnaissance s’adresse tout d’abord au Fresnoy – Studio national des arts contemporains et à toute son équipe. J’exprime également ma profonde gratitude à l’Espace Pasolini Théâtre international, Valenciennes. Cette performance et le tournage n’auraient pu voir le jour sans leur généreux soutien et leur engagement. Je tiens à remercier tout articulièrement Alain Fleischer, Peter Nesteruk pour leurs textes ainsi que Pierre Collier pour sa plume. Je remercie spécialement pour leur participation bénévole certains artistes dont Anaïs Barras, Bruno Devert, Linda Tuloup, Florian Montas, Marie Midoz, Qi Han, Si Jia Chen, Thibaud Le Maguer, Wenjue Zhang. Je remercie également Juan Pablo Villegas et Hideyuki Ishibashi pour la prise de vue, Marie-Odile Raux, Sophie Lepoutre, Hai-Wen Hsu et Da Chuang Zhang pour la coordination, la mise en place de la performance et le tournage, Julien Peissel pour la fabrication de l’installation, ainsi que tous ceux qui ont souhaité garder l’anonymat.

Gao Bo
Gao Bo Chine

Gao Bo, né en 1964, est un artiste indépendant qui vit et travaille entre Pékin et Paris. À ce titre, il est l’un des artistes professeurs invités au Fresnoy en 2017-2018.
« L’oeuvre de Gao Bo n’a d’autre loi que celle de la recherche des moyens d’expression variés – photographie, peinture, sculpture, installation, performance, architecture... – pour dire à la fois sa passion de la création et sa hantise de la destruction, son espoir et son désespoir. […]
La rencontre avec Gao Bo, l’écoute de son histoire telle qu’il la raconte, déjouent avec une force irrésistible la perception convenue de l’artiste comme héros d’une aventure mondaine, dans cette même société où brillent les golden boys, les traders et les champions de l’art-marchandise. De certains artistes chinois internationaux, on pourrait dire : nationalité : artiste ; profession : Chinois. Sans jouer avec les mots, j’essaierai de le faire comprendre en avançant que Gao Bo est d’abord un artiste, puis que Gao Bo est Chinois, mais qu’il n’est pas ce que le milieu de l’art appelle aujourd’hui un artiste chinois. »
Alain Fleischer

  • Espace Pasolini  L’Espace Pier Paolo Pasolini est un espace culturel alternatif situé à Valenciennes : espace de créations, de recherches, de rencontres et de débats pour les artistes toutes disciplines confondues. Il est avant tout défini comme un laboratoire artistique et intellectuel, un espace ouvert répondant aux exigences de la recherche et de la création contemporaine, aussi radicale soit-elle.
  • Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains est né de la volonté du ministère de la Culture et de la Communication d’implanter dans le nord de la France, un établissement supérieur d’enseignement artistique d’un type nouveau, pôle d’excellence d’envergure nationale et internationale, dont les références furent exprimées par quelques formules telles que « un IRCAM des arts plastiques » ou encore « une villa Médicis high-tech ».

Sa pédagogie, principalement fondée sur la production d’œuvres de toute sorte dont le point commun est l’intégration de techniques audiovisuelles professionnelles, en fait un lieu de production, d’expérimentation et de diffusion totalement inédit.

Source: http://www.lefresnoy.net/fr/Le-Fresnoy/presentation