Henri Michaux et la danse

Évènement

Lundi 10 octobre 2022

La conférence sera suivie du solo Mes « soudains » chorégraphié et interprété par Carole QUETTIER

Conférence
Durée : 1h

Le « corps » est toujours plus subtil que les techniques ou pratiques, les disciplines et les pensées qui prétendent en réduire, augmenter ou piéger ou déplacer les « pouvoirs ». Les leurres tendus (avant toute naissance) par les langages ne l’abusent pas : le corps sait exactement qu’elles sont ses faiblesses et ses forces (souvent méprisées) pour déjouer toute forme d’aliénation ou de mainmise. Michaux l’a formulé de façon définie (sinon définitive) dans un texte datant de 1938, « Danse » : « On préférerait dans le secret de soi un corps plus uniquement corps (corps : émouvant infirme), bondissant aveugle, sans tête… ». Voeu étrange et porteur d’énigme, mais où l’on pressent une chance qui, ayant fait l’expérience de risques plus que variés, tirerait hors de l’eau une vision et un état de corps pour ainsi dire sauvegardés de toute bêtise…

----------

Daniel Dobbels, écrivain et chorégraphe - artiste invité au Fresnoy en 2006-2007 où il a créé  « L’Ange aux traits tirés ». 

----------

Mes « soudains »
Solo chorégraphié et interprété par Carole Quettier

Durée : 20’.
Musique : Mauricio Kagel par Alexandre Tharaud

« Mes jambes coulaient sous moi… Je me surveillais...Je me savais toujours en danger de me trouver emporté en altitude, sur n'importe quel impossible corps qui se trouverait passer ou se tenir dans l'espace...Fini le solide. Fini le continu et le calme. Une certaine infime danse est partout… Désentravé, débrayé, devenu un être d'une nouvelle espèce, s'oriente vers une nouvelle patrie… plaine ébrieuse de la folie ». ( Henri Michaux, Connaissance par les gouffres)

La danse, par la lucidité qu'elle exige et les abandons qu'elle autorise, dans un espace oscillant entre la présence d'un partenaire ou celle d'un adversaire invisible, décline par pudeur les excès qui la pressent. Esquivant l'infirme, esquissant l'infime, elle déroute l'attente pour trouver son ailleurs, inoffensif...

« La lumière a été chassée de nos yeux. Elle est enfouie quelque part dans nos os. A notre tour nous la chassons pour lui restituer sa couronne... Enfonce-toi dans l'inconnu qui creuse, oblige-toi à tournoyer. » (René Char,Feuillets d'Hypnos)

----------

Carole Quettier se forme à la danse contemporaine au CCR de Rennes puis au CNSM de Paris, auprès de Susan Alexander, Joëlle Mazet, Peter Goss, André Lafonta, Christine Gérard et Martine Clary (1996-2001).

Entre 2004 et 2009 elle est interprète pour Hervé Robbe au CCN du Havre. En 2007 elle rencontre Daniel Dobbels, Compagnie De l’Entre-Deux, elle danse chacune de ses créations et l'assiste à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, dans le séminaire sur Les rapports entre danse et arts-plastiques de 5ème année. Elle donne également de nombreux ateliers pour des conservatoires, des danseurs amateurs, des adolescents en difficulté et des handicapés mentaux, et des cours techniques pour l'entraînement régulier du danseur à Micadanses.

En 2018 elle chorégraphie le solo Midi sans paupière, création au Festival Bien faits! 2019  

Elle participe à des tournages pour Alain Fleischer et Danielle Schirman sur l'art et le design. Elle mène en parallèle un travail de recherche et création avec la plasticienne et vidéaste Elise Vandewalle, et la dessinatrice et peintre Marine Bikard.

En 2020 elle rejoint la compagnie Atmen, Françoise Tartinville pour la création Collage puis Fraction en 2022 et la compagnie Hekla, Eva Assayas, pour la création Dans le creux de l’absence. En 2023 elle dansera pour la Compagnie Euphorbia, Anne-Sophie Lancelin.

Elle crée la compagnie La Volpe et chorégraphie un second solo Mes « soudains », autour de lectures d'Henri Michaux. Création Festival Faits d'Hiver ! 2022

----------

< Retour à la liste des conférences 2022