Los Diablos azules

image de l'oeuvre Los Diablos azules de  Charlotte Bayer-Broc Charlotte Bayer-Broc

De Charlotte Bayer-Broc film 2016, 48min

En 1907, dans le nord du Chili, trois mille six cents ouvriers des mines de salpêtre de la Pampa sont assassinés par l’armée républicaine dans le port d'Iquique où ils étaient venus manifester. Le geste héroïque de ces premiers révolutionnaires a été raconté en 1969, un an avant l’élection de Salvador Allende, par Luis Advis, dans La Cantata Santa Maria de Iquique, une longue complainte qui alterne, dans la tradition didactique marxiste, des descriptions historiques parlées, des chants partisans et des lamentos inspirés de la musique traditionnelle andine. Dans Los Diablos azules, Charlotte Bayer-Broc adapte cette cantate en deux temps. Elle incarne d’abord une madone endeuillée qui traverse seule la ville minière abandonnée. Dans ce décor de western désolé, un duel se dessine entre la mémoire et l’oubli, entre la fragilité de la voix et l’immensité du désert, pour arracher le lieu à sa muséification, pour raviver la lutte, pour peupler cette solitude des chants d’hier et de demain. Ce n’est qu’une fois brandi un drapeau de la paix toujours déjà tâché du sang des ouvriers que l’héroïne pourra, comme les grévistes du début du XXe siècle avant elle, descendre au port, où l’attendent d’autres femmes prêtes à répandre avec elle la nouvelle de la douleur. Tandis que le récit prend une tournure tragique, avec l’enfermement des ouvriers dans l’école où l’armée les exécuta, c’est une autre communauté qui se forme, celle des quatre conteuses à l’allure de divas camp. Liées par la tragédie de l’histoire et le sentiment d’une perte infinie, elles deviennent à la fois un chœur de lamentations traditionnelles et un improbable girls band, pour énoncer ensemble la promesse de nouvelles formes de luttes. Olivier Cheval

Remerciements Thanks

Merci à Arkana Amapola Mandrágora Adelfa dont le corps et le visage hantent mes nuits sans sommeil, dont la mort ne cesse de s'accomplir et progresse en moi irrémédiablement. Avec ce film, je dis une dernière fois le nom de sa douleur, et s'épaissit l'obscurité d'un ciel d'azur qui lui est désormais entièrement dévolu.

Teaser
Images de l'oeuvre
Processus de création
Partenaires
  • Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing

Oeuvres de Charlotte Bayer-Broc produites par Le Fresnoy :

Retour à la liste des productions