La parfaite

image de l'oeuvre La parfaite de  Hanako Murakami

De Hanako Murakami film 2015, 11min

Un jour, j’ai vu l’invention de la photographie, dans un atelier à Paris. Sur un miroir en cuivre couvert d’argent, une image émergeait doucement. Pour saisir l’image, j’ai dû manipuler la plaque pour distinguer sa surface dans le reflet de mon visage. Le daguerréotype. Cette technique presque alchimique qui date de l’aube de la photographie, nous impose de nous regarder nous-mêmes avant de faire face à l’image.

Les indiens d’Amérique, avaient une croyance selon laquelle, le fait d’être pris en photo pouvait amener à se faire voler son âme. Mais les différentes étapes du procédé, m’ont fait penser que ce serait plutôt l’âme du daguerréotypiste qui serait exposée au danger. Car ce procédé requiert de la vapeur de mercure, une substance toxique, pouvant nuire aux pensées. Insoupçonnée à l’époque, Daguerre en aurait respiré une grande quantité. Les récits autour de cet inventeur, nous laissent croire qu’avec le mercure, il était atteint d’hallucinations à un niveau tel qu’il était persuadé que la fin du monde était proche.

La Parfaite est le nom d’une marque de plaque photographique qui a été mise en vente dans les années 1920. Ces plaques en verre devaient être conservées dans le noir. Parmi elles, quelques-unes ont survécu jusqu'à aujourd'hui sans avoir servi. Sur ces plaques, devenues inutilisable au fil du temps, l’accumulation de l’obscurité a fini par devenir de la lumière.

Images de l'oeuvre
Processus de création

Oeuvre de Hanako Murakami produite par Le Fresnoy :

Retour à la liste des productions