Sculptoris constellation du sculpteur

image de l'oeuvre Sculptoris constellation du sculpteur de  Matthieu Ravez Matthieu Ravez

De Matthieu Ravez installation 2010

Tout d’abord, grâce à un logiciel 3D, je réaliserai une modélisation animée en trois dimensions, où chaque constellation tournera sur elle même et donnera à voir la totalité de son déploiement spatial. Ces animations seront sous la forme simple d’une ligne brisée blanche tournoyant dans l'espace. Ensuite je ferai réaliser grâce à ces animations par une machine plieuse automatisée informatiquement des objets-sculptures en tige de métal qui seront des concrétions physiques de ces formes que nous n’avons jamais vu. Ces formes seront réalisées dans un matériau pauvre comme du métal simple (genre cintre) Ces formes seront disposées dans l’espace d’exposition. Elles seront agencées au sol et accompagnées d’un moniteur qui diffusera les modélisations effectuées pour en arriver aux objets proprement dit. Ce moniteur sera un objet qui fera partie de l’installation, aura une valeur esthétique, mais il aura aussi une valeur de documentation

Technologiquement je trouve aussi pertinent de créer un rapport entre une technologie de pointe et un objet simple comme une tige de métal angulée, ainsi que la notion de « complexité simple.

L’univers ne sera jamais plat, jamais à notre mesure, ne répondra jamais à nos mesures. Constat que la science ne cesse de faire à chacune de ses avancées, qu’elle ne cesse aussi de dénier. Une idée peut, en quelque sorte, obséder (ce serait celle de M. Ravez) : non pas d’aller y voir, parfois jusqu’à l’aveuglement ou même jusqu’à l’effroi (Pascal), mais d’emprunter les voies les plus simples et les plus indirectes pour, par exemple, saisir de près la constellation du sculpteur (l’appellation est elle-même source de rêveries infinies, de désir et d’inconnues). Là-haut telle que l’on a pu en transcrire le calque et donc l’interpréter, l’inventer aussi (dernière fiction), elle semble se réduire à quelques lignes droites et anguleuses mais loyales comme la géométrie ; ici, elle ne peut qu’être tordue, objet de fines et presque incalculables torsions qui déçoivent et obligent (chance artistique) à en retravailler de près la force approximative ; voilà en quoi un désir de simple retranscription devient une nécessité de création, n’ayant à se soutenir que d’elle-même. Ce soutien c’est l’astreinte artistique même, le recours d’un homme seul face à une multiplicité excédant toute représentation (ou synthèse). C’est peut-être ça, l’archaïsme sculptural : une façon de plier la matière alors qu’elle ne plie pas. Daniel Dobbels.

Remerciements Thanks

Didier Mathieu Yves Coene Catherine Turon Frédéric Biger.

Images de l'oeuvre
Processus de création
Partenaires
  • Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing

Oeuvres de Matthieu Ravez produites par Le Fresnoy :

Retour à la liste des productions