Processus créatif Creation process

Images du film Movie's images

back retour
Tamar	 Hirschfeld

Tamar Hirschfeld

Sheldon, Le Squelette Humaniste

film

Sheldon, un squelette de la mer Morte joyeux et bien élevé, est ramené à la vie et emmené en France par une archéologue israélienne. Il se rend dans un immense supermarché et découvre différents aspects du mode de vie français. Il est impressionné par la richesse de la culture mais il est aussi exposé à ses conflits internes destructeurs. Pendant son voyage, Sheldon flirte avec son hôte et ils tombent amoureux. Cet amour impossible se termine en tragédie.

Le film est divisé en 4 parties.

  1. La mer Morte. Trois jeunes femmes marchent dans le désert, engagées dans une quête. Au bord de la mer Morte, elles commencent à creuser. Elles trouvent un squelette enterré dans la boue minérale. Alors que la chef d’équipe le lave dans la mer, un sort magique les enveloppe et le squelette se réveille.

  2. Le supermarché. Le squelette se réveille dans un immense supermarché en France, animé par deux marionnettistes entièrement vêtus de noir. Son nom est Sheldon. Tamar, l’Israélienne, lui souhaite la bienvenue en France. Ensemble, ils parcourent les allées et explorent les merveilles de la culture française. Ils commencent par goûter le vin et le fromage et profitent des plaisirs de la vie. Par la suite, ils découvrent les aspects moins glamours du pays. Sheldon est plein de compassion et essaie toujours d’aider les malheureux, et Tamar tombe sous son charme.

  3. La serre. Tamar et Sheldon vivent la plus belle partie de leur vie dans une serre pour plantes exotiques. Ils courent comme des enfants, regardent les plantes, jouent à cache-cache, font l’amour, jouissent et s’endorment sous un arbre. Les marionnettistes saisissent l’occasion pour partir.

  4. Le studio. Abysse noire, brouillard blanc. Tamar se réveille. Pas Sheldon. Les marionnettistes sont partis et il n’est donc plus un homme. Tamar prend l’affaire en main. Elle ramène Sheldon à la vie en le couvrant de viande crue. Les amants seront-ils réunis ?

Remerciements spéciaux :
Guylaine Huet, Jeanne Lassus, Harel Luz, Hanna Hirschfeld, João Pedro Rodrigues, Charlie Megira

Gratitude profonde :
Amos Holzman, Hagai Hirschfeld, Charlotte Bayer-Broc, Sonia Evin, Souliman Schelfout, Andrés Padilla Domene, David Duvshani, Manon Barrier, Arnaud Provoyeur, David Nisolle, Séverine Bachelet, Christophe Gadenne, Madeleine Van Doren, Daniel Dobbels et la galerie Givon Art Forum, Tel Aviv.

Née en 1984 à Jérusalem, Israël.
Master cum Laude, Diplômée des Beaux-Arts de Jérusalem (Israël). Ayant grandi à Jérusalem, une ville qui abrite une très grande diversité de conflits religieux, nationaux et idéologiques, Tamar Hirschfeld a toujours eu le sentiment que de grandes puissances sans visage, appuyées par des processus historiques et mystiques, dictaient de manière quasi aveugle les modes de vie et les visions du monde.
En réponse à cela, elle s’est donnée comme tâche de produire des images qui représentent l’opacité de l’idéologie, notamment par l’usage excessif qu’elle fait de représentations bien connues de la religion, de la nation, du sexe et de la race. Un mélange hybride de cela apparait dans ses œuvres, non seulement dans le contenu, mais aussi dans la forme, et souvent dans un mélange extrême entre les deux. Son travail qui se traduit essentiellement à travers l’installation, la performance, les dessins et le film, a été présenté notamment dans les musées de Tel Aviv, Petach Tikva et Herzelia, et a reçu une bourse du Centre d’Art Contemporain à Tel Aviv.
Actuellement, elle vit et travaille entre Tel Aviv et Lille où elle est en post diplôme au Fresnoy – Studio national des arts contemporains.