Un matin de fin mars

image de l'oeuvre Un matin de fin mars de  Michela Franzoso Michela Franzoso

De Michela Franzoso film 2006

Un matin de fin mars est un film qui parle de l'incapacité de l'homme contemporain à se confronter à la mort. Aujourd'hui, on n'envisage la mort qu'en termes médicaux ; on meurt à l'hôpital. Ce film met en question aussi l'idée d'une ' intériorité ' de nos vies : la place des sentiments du protagoniste, de ce qui pour lui est et va être sa vie. C'est la possibilité d'envisager nos vies sans les refuges de la subjectivité ou de l'objectivité. Une subjectivité intériorisante, caméra à l'épaule, une objectivité clinique, documentaire : c'est précisément ce que, crois-je, il faut refuser comme autant de clichés éthiques et esthétiques, des préfabriqués qui nous empêchent de chercher, de devenir face à l'impénétrabilité du monde. Je recherche une vision en amont ou au-delà du sujet humain.
Je voudrais qu'on puisse regarder et qu'on sache durer dans un espace qui, entre autres, accueille, engendre, la vie de l'homme, d'un homme. Chercher, habiter ; et puis traverser, quitter cet espace...

Remerciements Thanks

Remerciements : Gian Maria Tore

Images de l'oeuvre
Processus de création
Partenaires
  • Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Tourcoing

Oeuvres de Michela Franzoso produites par Le Fresnoy :

Retour à la liste des productions

20-a

20-b